Eldenia Sekai

RPG Mangas Médiéval-Fantaisiste.
Bienvenue sur les terres d'Eldenia...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mélancolie d'un esprit sanglant

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Mélancolie d'un esprit sanglant   Jeu 24 Juil - 19:32

Ne serions nous que le reflet de notre âme et de la profondeur de notre être? Si mes yeux étaient rouges, était-ce mon âme ensanglantée par le désir de vengeance qui se laissait entrevoir ? Et mes cheveux étaient gris foncés, la couleur les avait déserté comme elle avait depuis longtemps laissé mon cœur à l’abandon. Je passais ma main dans ces derniers et jetais un caillou dans l’eau. Mon humeur était plus mélancolique et mystérieuse qu’à son habitude. Et mon sadisme s’estompait comme le rouge de mon esprit pour quelques instants de pure réflexion alors que mon regard se perdait sur l’étendue liquide. Pour quelques instants seulement, j’oubliais tout, laissais s’échapper le mal de mon corps pour atteindre le domaine de la pure spiritualité. Mes paupières se fermaient alors que mes jambes restaient immobiles dans le vide et moi assis sur un rocher qui prenait la forme d’une falaise de taille infiniment réduite, moi je me sentais bien moins immobile que mes jambes dans le cycle du temps. Je sentais que tout changer, moi y compris, en bien ou en mal, oh mon âme était tellement avancé dans ce dernier que je doutais qu’elle puisse faire marche arrière. La question se posait donc à peine. Peut-être lorsque ma vengeance serait accomplie. Et encore, il semblait que si j’en venais à détruire Pallengad et à venger mes parents, je n’en serai qu’encore plus enfoncé dans le mal et je ne pourrais plus en sortir. Mais cela ne me rebutait pas. Je savais que jamais je ne ferai marche arrière, jamais je ne m’excuserai de rien. Il fut un temps ou gamin, j’étais un gentil garçon, mais ce temps demeurait dans ma mémoire comme le souvenir d’un mauvais film qu’on ne veut même plus regarder. J’avais trouvé à Stonefolm, le monde dont j’avais besoin, le statut parfait et même retrouvé une amie d’enfance. Je côtoyais le roi qui pouvait se vanter d’avoir gagné mon respect et ma sympathie. Il était inutile de compter ces derniers, il était le seul à part Asa que je pour lequel j’éprouvais une lueur d’amitié.
Mon âme redescendit d’un coup dans mon cœur, surprenant et choquant tout mon être alors que des bruits m’interrompaient. Je me levais et donnais un coup de pied dans un caillou qui alla percuter l’autre rive du bassin naturelle de la petite citadelle. Je sentais un parfum féminin, j’entendais des bruits de pas extrêmement faible, comme si ils traduisaient la peur. Je tapais des mains sur mes magnifiques vêtements noirs et remettait en place la rose accrochée à ma veste. Je toussais légèrement comme pour signaler que j’avais entendue la jeune femme et me retournais, lançant sur elle un regard neutre. Et par neutre j’entend effrayant, froid ou une lueur de démence se mêlait à mon sadisme naturel.

« Et bien mademoiselle, ne pourriez vous pas faire moins de bruit alors que le conseiller de sa seigneurie médite ? Ces moments de paix sont tellement rares qu’il m’est dur de les voir interrompus, surtout par une enfant telle que vous, mais soit, maintenant que nous en sommes là, asseyez vous, je serai ravi de me doter d’un peu de compagnie. »

Dis-je du ton calme et légèrement cérémonieux qui me caractérisait et effrayait certains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Jeu 24 Juil - 21:32


On ne peut pas en vouloir à des parents de protéger son enfant mais au fil des instants qui passaient elle en voulait de plus en plus à son père de l’avoir couvé ainsi. Pour la première fois elle avait pu lire dans des yeux une haine, une colère si forte qui pousse l’humain à se battre et à faire couler du sang, il lui reste donc encore beaucoup à découvrir. Suite à cette vision qui l’avait un peu bouleversé, qui l’avait surtout effrayé, une certaine peur était née en elle, comme si une confiance s’était brisé, on ne lui avait jamais fait de mal, elle ne l’avait même jamais ressentit, une absence de sentiment qui quelques parts la rendait vulnérable face aux autres, mais mademoiselle est curieuse et depuis que ses parents l’on lâchée à Stonefolm un goût pour l’aventure est né dans l’esprit de cet enfant.
Cette journée ? Magnifique, enfilant une belle robe violette sa couleur préféré mélanger de tissu noir qui dessinait parfaitement sa silhouette fine et légère, le haut de sa tenue on aurait pu croire voir un corset mais non une simple image que renvoyait le bel habit, celui-ci volait légèrement dans le jardin de la citadelle sous un fine brise de vent qui emmêler les cheveux châtains de la demoiselle elle qui avait passer du temps à les démêler et à les rendre si soyeux.
Elle était sortie chercher des roses, une qui l’illustrait très bien, coupant alors de ses doigts fins la moindre fleure très vite ce fut un bouquet, mélange de rouge et de blanc, les yeux de Matsuri brillait elle aurait près pu danser se laisser porter par le vent son humeur était simplement rêveuse, son sourire était alors si grand que le faire disparaître allait être difficile. Elle continua son chemin, ce qu’elle voulait voir c’était la petit marre aux reflets si doux, mais en arrivant elle découvrit qu’un homme était là, elle l’avait déjà vu mais mettre un nom sur ce visage lui était impossible. Cet homme faisait partie de la cour du roi, elle l’avait déjà vu les deux hommes se parler, mais elle ne savait pas son statut dans la société du moins pas avant qu’il n’est parler ! Fidèle à ses habitude la jeune noble vira au rouge, comme si elle se faisait gronder par quelqu’un, baissant le regard face à cet homme si froid, son regard l’effraya presque, elle ne lui avait pourtant rien fait de mal …

« Pardon, excuser moi monsieur … »

Elle était vraiment gênée, le conseiller avait surtout trouvé les mots juste, la tête basse presque honteuse, elle s’approcha de lui, tenant fermement son bouquet de fleur en main. Une fois assise elle coucha les roses sur sa longue robe violette, en silence à vrai dire elle n’osa même pas ouvrir la bouche, elle qui est d’un naturel si bavarde. D’ailleurs une petite larme cristalline sortit de ses beaux yeux vers …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Jeu 24 Juil - 21:55

La fille semblait très jeune mais promettait d’être belle. J’avais vu des beautés, des beautés supérieur à cela, des beauté glaciale, des femmes pulpeuses ou tout simplement belles mais elle, elle différait de toutes ces femmes, elle entrait dans une autre catégorie, celle de la beauté que les jeunes gens devaient à la pureté et à l’innocence. Une beauté qui avait le don d’exciter certains désirs pervers en moi. Mais je n’avais pas forcément envie de coucher avec cette jeune fille. Ce qui me plaisait et m’amusait dans la pureté, s’était de la voir s’envoler, comme les pétales des fleurs cerisiers dans le vent. Cette jeune fille et moi, je sentais que nous étions viscéralement opposés, j’étais le noir, elle était le blanc, elle était l’eau moi j’étais le sang. Et j’éprouvais un plaisir malsain à terroriser ces jeunes filles, j’éprouvais un plaisir malsain à leur faire goûter à la violence, à la haine, au sadisme et au sang. Et voir le blanc se noircir était pour moi plus que jouissif.


« Kaito, Kaito est mon nom et je serai enchanté que vous m’appeliez par ce dernier. Et vous qui êtes vous, vous ne semblez ni roturière ni paysanne, vous avez belle allure, une bourgeoise, ?une noble ? Comment vous nommez vous mademoiselle ? »


La jeune fille étala ses roses sur sa robe, les fleurs blanches et les fleurs rouges contrastaient sur le tissus et je me dis un instant que si elle était une de ces roses blanches, moi j’étais une rose rouge et sanglante, souillant l’immaculé de ma démence vermeille.


« Puis-je ? »


Je n’étendis pas de réponse et saisit une rose rouge en frôlant le bras de la demoiselle, je la mettais en bouche pour la tenir tout en décrochant de ma veste la rose qui venait de commencer à faner. Sans cesser de sourire, j’écrasais cette dernière, recouvrant ma main droite d’une couleur rouge et ouvrais ladite main pour laisser s’envoler aux vents les pétales. Puis seulement après ce manège plein d’un sens écarlate, je remplaçai la rose meurtrie par la nouvelle que j’avais saisie.


« Oh mais d’où viennent vos larmes mademoiselle, quelque chose vous tracasse ? »


Dis je en remarquant le silencieux sanglot qui coulait de ses yeux à la couleur verte si sublime. Tendant mon bras, je passai mon doigt sur sa joue, récoltant la larme et portais le doigt devant mon visage avant de sortir un mouchoir pour essuyer le sanglot.
Finalement je m’asseyais à coté d’elle.


« Racontez moi vos tourments, je suis toujours prêt à entendre les tristes histoires des jeunes gens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Jeu 24 Juil - 22:58

L’innocence est en elle, mais un autre défaut qui un jour ou l’autre la fera souffrir est aussi présent, la naïveté, dans un premier temps la grande enfant avait vu en cet homme une froideur digne de celle du roi, mais petit à petit c’était comme s’il devenait gentil, oui là est le bon adjectif. Suite aux mots du jeune homme, elle redressa son regard avec timidité néanmoins, elle était méfiante c’est tout depuis son arrivé dans le royaume il lui était arrivée plusieurs tuiles alors maintenant prudence, Shiin ne sera pas toujours là pour la rattraper, il avait même était déjà beaucoup présent lors de ses malheurs, mais aujourd’hui où est-il ? En mission ? Sur un champ de bataille ? La demoiselle s’attachait très vite aux gens, un défaut peu être mais suite à ça elle se retrouvait dans un sentiment de déception la preuve est là …

« Matsuri, oui je suis une noble du palais, enfin je suis arrivée il y deux mois, c’est pour ça je ne vous ai pas reconnu, je ne connais pas beaucoup de monde au château encore … Enchanté Kaito ! »

La voie de la jeune noble restait timide, mais elle lui adressa quand même un sourire, l’observant prendre une rose, il choisit une rouge pourquoi cette couleur en particulier elle n’en avait aucune idée, elle adorait les deux, rouge pour l’amour et blanc pour la pureté …

« Pourquoi une rose rouge ? Et pas une blanche ?! »

Il lui avait frôler le bras, un mouvement peu habituel pour elle, posant ses yeux clair sur son bras avant d’observer la main d’œuvre du conseiller, il écrassait la fleure pourquoi ne l’a-t-il pas laissé finir sa vie dans l’eau cristalline si loin, les hommes … C’est dans un regard masculin qu’elle avait découvert la haine, l’envie de tué mais pourquoi voir un monde noir alors que le blanc est présent, messieurs pourquoi vous battre ? Pourquoi vouloir vous tué, vous mourrez déjà un jour, arrêter de provoquer la mort, ne soyez pas pressé, ici des gens vous aime, ne les faite pas souffrir en partant trop vite …
D’un geste délicat il vint lui enlevé cette vilaine larme, honteuse un peu, ses joues restèrent rosés et pour l’une des premières fois l’enfant mentit, oui elle ne voulait pas avoué qu’elle avait eu peur de lui, non c’était beaucoup trop stupide !

« Je me sent pas très bien ici, vous savez je ne suis pas chez moi, j’ai un peu le mal du pays … ! »

C’était un sentiment véritable qu’elle lui comptait, même si sa larme n’en était pas la cause !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Jeu 24 Juil - 23:31

Oh je sens en elle un grand potentiel, à coté de son âme si blanche, on a posé un pot de peinture noire, il ne me reste plus qu’à tout recouvrir, j’éclabousserai son cœur avec la haine, je lui ferai voir à quel point le monde est mauvais et impitoyable, il faut être pire que lui pour survivre. Oh elle saurait tout ça et sa pureté s’envolerait, oh rien que cette idée me faisait bander. C’était génial, extatique, j’ensanglanterai cette rose rouge, j’empoisonnerai ses épines. Je plongerai dans le miroir pour en sortir ce qu’elle refusait d’être, haineuse et impitoyable. Je plongerai ma main dans son cœur et déséquilibrerai son être en faisant primer le mal sur le bien.


« Matsuri, un très beau nom, tout le plaisir est pour moi, je me sentais un peu seul et je suis ravi d’avoir un peu de compagnie, tu pourra excuser ma dureté première, tu m’as effrayé. »

Je glissai ma main dans ses cheveux, elle était mignonne et le premier instant de frayeur passée elle sembla en confiance, je lui souris encore en répondant à sa question.


« Vois tu Matsuri, si les roses blanches sont belles, elle représentent la pureté, l’innocence et pour les hommes de ce monde qui ne connaissent que la haine et la violence, elle représente aussi la faiblesse. Je ne peux me permettre de porter une rose blanche, je ne suis ni pur ni innocent, le monde m’a arraché à la pureté et m’a pris mon innocence, de plus je passerai pour faible. »

Je m’arrêtai pour la regarder, elle semblait écouter avec attention, je continuais.

« En revanche le rouge a une tout autre signification, le rouge est la couleur du sang. Le sang qu’il est nécessaire de faire couleur pour prouver sa valeur et sa force, le rouge est la couleur de la noblesse et de la force. C’est la couleur qu’il faut prendre pour survivre dans ce monde terrible. La couleur que je fut forcé de prendre et que tu devra prendre, inévitablement. Car si le monde est impitoyable, violent, plein de haine, il faut se montrer pire que lui pour y survivre. Les hommes sont profondément mauvais, ils se haïssent et se détruisent eux-mêmes, vois comme ils sont méprisables. Ils nous forcent à devenir violents et haineux en nous montrant combien nous sommes faibles. Pour cela ils sont prêts à utiliser les méthodes les plus barbares, ainsi vaut il mieux que tu apprennes tout cela de ma bouche. Moi ils m’ont enlevé mes propres parents, sous mes yeux. »

Je n’aimais pas évoquer ces durs souvenirs mais si cela m’aidait -arriver à mes fins. Pourquoi pas. Je la regardais, oui je lui apprendrais, je lui raconterais, et je lui montrerais, la noirceur des hommes et du monde même, je l’apprendrai aussi à haïr Pallengad et les soldats. Elle deviendrait élève de l’ombre.
Elle expliquait sa larme par une raison que je devinais erronée mais je ne relevais pas et préférais enchaîner.


« Ce sont tes parents qui t’ont envoyé à Stonefolm ? Pourquoi ont-ils fait ça ? Ils ne voulaient plus de toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Ven 25 Juil - 12:56


Matsuri était plus qu’une peureuse mais ça chute il ne le savait pas encore, qui sait, peu être arrivera t-elle à lui dissimuler son plus grand défaut. Elle l’imaginait froid et repoussant mais en vérité il était plutôt gentil, lui avouant même qu’il se sentait, elle lui adressa un sourire divin tout en l’écoutant parler, ses premiers sa joie de vivre restait entièrement en elle, mais doucement les mots n’était plus aussi rose …

« Et bien, je serais ravie de vous tenir compagnie alors ! »

Les hommes sont parfois étrange, ils sont tous différents, la grande enfant avait alors un souvenir dans l’esprit, celle du mercenaire qu’elle avait rencontré, oui, lui aussi voulait lui raconter les horreurs de se monde mais la jeune noble n’aimait pas ça, son monde de princesse elle tenait à lui …
Pourquoi juge ton les gens sur une simple couleur, en écoutant le discours du conseiller elle se rendait compte que lui était le rouge et elle le blanc, un blanc si pure qu’aucune tache de sang n’a pu l’atteindre, il lui en faudra plus que ça. Poliment elle écouta son discours, songeant à sa réponse, cet homme utilisait des mots durs, il lui montrait le monde tel qu’il était mais réussir à faire entendre ça à une enfant sans la blesser et inévitable. Finalement elle ne lui répondit pas, mais se leva posant son bouquet à côté de Kaito, et se pencha vers le sol, là d’une main délicate elle prit l’ancienne rose rouge qu’il portait sur sa veste, la tenant dans sa main comme un trésor. Elle dirigea vers le point d’eau, laissant dans sa marche ses cheveux châtains volés au rythme de cette petite brise, son regard doux était posé sur l’eau cristalline et c’est avec douceur qu’elle déposa la fleur qui était fané à moitié et presque détruite dans l’eau de vie, la laissant s’enfuir dans un élan de quelques vagues.
Un instant de silence était passé, elle redressa son regard vers cet homme aux idées si sombre, reprenant le chemin vers celui-ci.

« Oui, mon père connaît très bien le roi, il m’a donc confié à lui dans un seul et unique but, me marier. De là ou je viens mes parents n’ont pas trouvé le gendre idéal, ils pensaient qu’ici peu être … Mais je ne compte pas me marier, je ne veux pas être enchaîner à homme pour toute ma vie, je ne veux pas encore être obligé de porter un enfant je suis trop jeune, mais quelques parts en étant ici j’ai gagné une certaine liberté … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Ven 25 Juil - 17:11

Mes yeux rouges analysèrent plus en détail la jeune fille. Mignonne, même son apparence émanait la bonté et la naïveté. Elle était de ces créatures qu’il était étonnant de voir si âgée. Car en général pour les personnes aussi pures, deux cas de figures s’offraient dans ce monde, la pureté s’effaçait et elles devenaient aussi dure que nécessaire. Ou bien, deuxième solution, elles mourraient, vaincues par le monde. Ainsi il était étonnant de voir une jeune fille qui ne semblait plus une enfant encore si innocente.
Mes paroles qu’elle écouta jusqu’au bout semblèrent la troubler mais je ne savais si elle était d’accord avec ce que j’avais dit ou non. J’attendais simplement sa réponse, comment pourrait elle prétendre le contraire. Mais ladite réponse vint autrement, d’une manière à laquelle je n’étais pas préparé. Sauver la pauvre rose rouge que j’avais si lamentablement laissé choir. Lui offrir le salut par les flots. Mais ce n’était qu’une fleur, pourquoi se préoccupait d’une fleur. Simplement qu’elle au moins ne faisait pas le mal ? Pourtant elle possédait elle aussi des épines.
Elle revient vers moi, je vis son regard et y aperçut l’immaculée blancheur de son âme. Non je ne m’avouerai pas vaincu, le défi était plus grand, ma victoire n’en serait que plus excitante. Quoi que ce n’était pas la victoire qui m’exaltait, mais le cheminement en lui-même. Plus c’était dur, plus ça me plaisait, plus son âme me résisterait, plus ma joie serait grande. Le même vice se prenait de moi lorsqu’il s’agissait de sexe, plus on me résistait, plus je trouvais ça jouissif. Détraqué ? Moi ? Jamais…


« Tes parents… Oh ma pauvre, si j’étais toi je leur en voudrais tellement. Comment des parents peuvent-ils envoyer si loin d’eux une enfant, surtout par les temps qui courent. »

Mon regard se fit triste, presque horrifié par l’idée même qu’on puisse se séparer comme ça d’un enfant, le livrant au monde si dangereux.


« Mais t’ont-ils seulement consulté ? Te forcer à te marier. Tu dis toi-même ne pas le vouloir et pourtant tu sais très bien ce qui se passera si tu reviens célibataire. Tes parents pourraient t’en vouloir au point de te renier. Voilà où nous en sommes avec la folie des hommes, même la notion de famille évoque la violence. Tellement navrant d’en être arrivé là. C’est pour ça que je suis dure jeune fille. Pour survivre, pour ne pas me laisser emporter par cette haine qui fait tant de mort. »

Je cessais là ma tirade et glissais ma main sur sa joue dans un geste paternaliste.

« Sois cruelle, sois forte, dure, impitoyable. Il le faut pour survivre, et c’est dotant plus important que tu es une femme. »

Ajoutais je, passant ma main dans ses cheveux avant d’arrêter le contact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Dim 27 Juil - 0:38

Un cœur si rose, si doux, comme un dessin de princesse parfaite, au si un jour elle dira oui, aux bras d’un beau prince charmant, qui lui seul pourra la faire rêver, la protéger du monde cruel qui les entoures, simplement la faire vivre heureuse, une histoire de comte de fée mais ce genre d’histoire d’existe que dans les livres allaient le faire entendre à cette enfant …
Vieux mais il était jeune, enfin elle avait réussis à la faire sourie, rire c’était le plus important la jeune femme était encore bien maladroite avec ses mots en disant monsieur c’était un certain respect, trace de sa bonne éducation mais à croire que c’était inutile, mais ne dit rien de plus à ce sujet rien de plus qu’affiché un plus grand sourire. Cette tache dans les tons rouges, une image qui avait marqué la grande enfant, du sang… Ces deux soldats qui se battaient, deux hommes du même royaume, un tableau encore bien ancré dans l’esprit de la demoiselle, Shiin et son supérieur, elle n’avait vu que chez cet homme un côté doux même consolateur comme quoi tout peu rapidement changer, petit à petit elle se perdait dans ses pensés jusqu’à sentir un contact sur sa joue, ça semblait être un geste familier naturel mais qui effraya un peu Matsuri, elle n’avait aucune expérience dans ce domaine virant au rouge elle était touché mais tout s’enchaînait bien trop vite pour elle. Sa caresse si délicate tout était presque à l’image d’un rêve d’une princesse et de son prince charmant, presque un peu honteuse elle baissa le regard, sensible oui la demoiselle l’était à un très haut niveau, plus que ses yeux elle baissa un peu sa tête. Tout était si beau mais s’il voulait atteindre cette fleur il aura beaucoup plus de travaille que prévus, la jeune fille était certes un peu naïve mais elle ne se jetterait pas dans ses bras si facilement.

« Face à un père comme le mien, je n’ai pas mon mot à dire ! Mais ne je ne compte pas rentrer célibataire, je peux rester aussi longtemps que je le veux et puis un jour je trouverais l’homme qui pourra me rendre heureuse, celui qui trouvera les mots pour me faire rêver, mon prince charmant … ! »

Ses yeux étaient remplies avec une lueur de rêve, d’un espoir impossible, son sourire comme si les mots que prononçait le conseiller était inutile, il n’avait pas encore d’impact direct sur elle, comme un filtre qui n’absorbe rien, tout passait dans ses oreilles pour en ressortir !

« Pas besoin d’être cruelle ou quoi que ce soit, ça ne sert à rien de faire du mal aux autres, voir quelqu’un souffrir était pire que n’importe quel cou d’épée … »

Les mots de Matsuri restaient d’une douceur, gardant cette pointe de rêve …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Lun 28 Juil - 21:45

Par tous les diables mais la niaiserie n'a elle donc pas de limite. Les jeunes nobles m'étonneront toujours. Je pensais pourtant être habitué, avoir un peu chopé le truc avec les jeunes servantes du château, mais là, ça dépassait l'entendement. Je me repassais sa réplique encore une fois dans la tête. réveille toi moi vieux, de quoi elle parle là ? Du prince charmant, les mots pour te faire rêver... Ouais, évidemment, ma pauvre enfant, tu crois encore les hommes de notre époque doté de sensibilité. Ils sont aussi cruels que les femmes sont désespérées, que les enfants sont tristes et désabusés et que les fourmilles sont écrasées. Ma douce caresse se transforma en une petite tape affective alors que mon autre main passait dans mes cheveux et que je reprenais ce dialogue sans fin qui avec elle semblait n'aboutir à rien mais qui je le savais, ferait son effet même si elle n'en prenait pas conscience.

"Le prince charmant n’existe pas. De nos jours, de nos jours les princes meurent au combat ou deviennent aussi durs et froids que la pierre. Comme tous les hommes de ce monde d'ailleurs, mourir ou s'endurcir, voilà notre seul choix dans la vie. Tu es encore bien naïve et ton monde n'est encore qu'illusion. Mais c'est mauvais pour toi, tu ne devrais pas continuer à entretenir un tel monde, ou la mort te prendra très tôt."

Je la fixais, l'écoutais, qu'est ce qu'elle me chantait avec son pacifisme mêlait de sentimentalisme qui me donnait presque envie de gerber. La pureté, c'était si effrayant, effrayant de voir qu'on pouvait être aussi idiot!

"Je vais te montrer la cruauté des hommes. Ne me vouvoies plus, tutoie moi, appelles moi Kai-sama, je vais être ton professeur jeune fille, ton professeur de survie dans ce monde impitoyable, et la première de mes leçons, la voilà."

Je me penchais sur son visage et collais mes lèvres aux siennes. Tant de douceurs, tant de tendresse, de chaleur. Oh décidément, je jouais très bien. Voilà ma première leçon jeune fille. N'aies confiance en personne. N'importe quel regard importun aurait cru à de l'amour. Je me décollais d’elle et sortais un poignard, je laissais mon bras droit se tendre et lancer le poignard vers un arbre. Ce fut un écureuil dont la queue fut plantée dans le bois.

"ne te fie jamais à personne, car derrière la tendresse se cache immanquablement la cruauté, et les hommes de nos jours, ont perdus la capacité d'aimer. Si l'un d'eux t'embrasse, comme je viens de le faire, il faut simplement que tu saches que cela ne traduit pas de l'amour et que ce n'est pas parce qu'il ait gentil avec toi qu'il est bon avec son prochain. Il entrevoit simplement un quelconque intérêt en toi, en général le sexe parfois l'argent, souvent la gloire de se voir à coté d'une belle femme."

Je finissais là ma tirade, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Lun 28 Juil - 22:39

Lui dire des mots si dures n’est certainement pas la bonne solution mais qu’importe les paroles de cette homme eurent un impact direct, briser son rêve de prince charmant quoi que elle n’avait pas dit son dernier mot, mais des dires si brutes étaient comme un couteau en plein cœur et cette petite tape affectives qui l’a sortait de ses songes. Briser des rêves d’enfants aucun parent ne le fait mais là, elle voulait le blanc et lui noir et une juste milieu ? Non c’est impossible, ses yeux devenaient plus humides qu’a la normal le temps de son premier discours et elle n’osait pas quitter ses yeux, comme une fixation elle continuait à le regarder droit dans le blanc de l’œil. Mais là tout ce déroula si vite, le temps qu’une larme sorte de ses yeux, ses lèvres était contre les siennes mais pour qui il se prend ? Et pourtant elle se laissa faire, comme cherchant une quelconques magie dans son geste. Juste quelques secondes et voilà qu’il envoya une lame sur un pauvre petit animal, sa réaction fut ainsi, les larmes coulèrent plus rapidement et sa main se posa sur sa bouche, détournant son regard de cet homme cruel pour regarder ce petit écureuil. Elle attendit sagement qu’il est fini de parler avant de se précipiter vers cet animal et avec toute la douceur qu’elle avait elle prit la bête entre ses doigts fins, décrochant le poignard elle le laissa s’écrasé sur le sol. La petite boule de poil était entre les mains de la demoiselle, elle déversa sur son pelage si doux quelques larmes, elle s’assise par terre à côté de l’arbre qui était s’imposait au bord de l’eau. Elle plongea sa main droite dans le liquide et déposa quelques gouttes sur la blessure de l’animal.

« Pourquoi ? Il ne vous avez pourtant rien fait, si il était juste là était-ce un crime ? Tu vas aussi me tuer alors ? »

Les larmes elles ne s’arrêtaient pas, ses doigts fins caressaient le petit animal mourrant, elle le regardait avec amour comme une mère son enfant, les yeux de l’animal de la forêt se fermaient tout doucement, sa tête délicatement posé dans la paume de la jeune fille, elle sentait sa petite respiration diminué jusqu'à que son cœur s’arrête de battre, Kaito venait de tué … Matsuri ne voulait simplement pas y croire, elle continuait à le caresser comme si de rien n’était, elle continuait de pleurer, de plus en plus de larme, du sang était sur ses doigts.

« Même les hommes les plus durs et froids peuvent se montrer gentil… »

Dit-elle en déespoire de cause …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Mar 29 Juil - 19:09

La réaction, évidemment, je n'attendais même plus une autre réaction de sa part. Se précipiter vers l'animal, retirer le poignard et laver sa plaie. Elle ne savait pas, elle ne comprenait pas, je devais lui apprendre. Et c'était le genre d’apprentissage qui m'amusaient au plus haut point, noircir les âmes, assombrir les cœurs, éclabousser de sang les robes blanche des enfants. Voilà ce qui me plaisait, voilà ce qui m'excitait et m’exaltait. Apprendre à une enfant les secrets de la mort, que moi, Kaito, je connaissais si bien. Comme si ils étaient tous sortis de la bouche à leur apparition. C'était la vérité, je connaissais tous les secrets de la mort, un vieil homme me les avait appris pendant toutes ces années. Dans une vieille demeure, à Stonefolm, je me souvenais. Alors que mon chemin avait dévié, il m'avait fait aboutir chez cet homme. Il n'avait pas moins de soixante ans, ses cheveux gris et blancs de la même taille a peu près que les miens à ce jour tombaient raides sur son visage, je me souvenais, sa barbe toujours mal rasée mais jamais très longue lui donnait un aspect sale et pourtant sage. Un de ses yeux était caché par un bandage et ses vêtements étaient tous noirs. Dans sa jeunesse, il avait été élevé comme un assassin et il avait été le plus renommé d'Eldenia, à une époque, mais une époque lointaine. Il y a presque un demi-siècle de cela. A ce jour il était oublié de tous et ma venue lui procurait un peu de distraction. Refusant de s'éteindre avec son art, il m'enseigna pendant quatre ans, jour après jour, sans une journée de vacance. J'avais aimé cet homme comme je n'ai plus aimé personne après lui. Me consacrant à partir de ce jour à la haine.
Je revins au moment présent, ma mémoire trop précise me plongeait parfois dans des songes du passé.

" Te tuer ? Je n'ai aucun intérêt dans ta mort. Je t'aime bien tu sais. Mais je refuse de te voir si blanche plus longtemps, car cette couleur attire la mort autant que le noir retient la chaleur. Il ne m'avait rien fait c'est vrai. Mais j’étais plus fort que lui et il fallait que tu vois. Comment la fausse gentillesse cohabite si bien avec la vraie cruauté. Maintenant que tu l'as appris de moi, peut être ne te laisseras tu plus berner par d'autre. Je suis désolé, j'y étais obligé."

Répondis je en passant ma main dans mes cheveux tout en me levant, m'approchant d'elle, je regardais ses mains ou le sang se mêlait aux larmes. Même les hommes les plus durs et froids peuvent se montrer gentil dis tu ? J'en doute, ils peuvent faire semblant, mentir, simuler la gentillesse, ils ne peuvent pas se montrer gentil.

" Ne t’illusionnes pas, ils peuvent simuler la gentillesse si ils y voient un intérêt. Mais la cruauté primera toujours sur la bonté dans la cœur des hommes. La rage sur la raison, le noir sur le blanc."

Répondis-je en passant mes bras autour de sa fine silhouette.

"Apprends ça et tu seras capable de vivre. Car tel est notre but à tous et notre désir le plus profond."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Ven 1 Aoû - 23:35



Mais je suis née dans l’illusion d’un monde, j’ai grandis entouré de mur, la jeune femme avait toujours été couvé, chez elle, elle était comme une reine, une vrai princesse, son corps évolua au fil des années mais son mental pas tellement, bien sur dans son esprit des idées grandirent mais les croyances restèrent. Entouré d’amour de douceur, son cocon, le réveille était trop dure, la chute du nid presque violente, elle savait qu’elle était protégée mais pas comme avant, on ne la surveillé plus autant, elle ne se faisait pas passé de savon par le roi à cause de ses petites fugues quoi que c’était déjà arrivé, mais elle le sentait, la liberté mais le danger aussi, inconsciente oh oui elle l’était et même encore l’heure actuel, elle ne faisait pas attention, la preuve, une voleuse avait réussis à lui voler sa bourse et pourtant cette jeune femme ne lui avait pas semblé mauvaise mais les apparences sont trompeuses.
Il lui avait volé un baiser, le premier d’ailleurs qu’elle échangea avec quelqu’un, on l’avait tellement protégé que son père interdisait à un quelconques prétendant ce genre de geste, limite ils pouvaient lui tenir la main, elle avait toujours été un trésor sévèrement gardé, et lui, il venait de passer ses bras autour de sa taille, et comme une enfant elle vint s’y réfugié, laissant encore des larmes coulés, l’animal mort était toujours posé sur sa robe, doucement elle avait glissé ses mains autour de son cou, cachant son visage dans le cou du jeune homme …

« J’ai peur … ! »

Voilà tout ce qu’elle réussit à dire, c’est vrai que de voir la vérité ainsi pouvait en effrayer plus d’un, un monde noir face à un univers blanc, pire qu’un choc thermique et ça lui faisait peur, mais pas une frayeur comme celle qui l’a font se réfugié derrière la première personne qu’elle croise, une simple crainte de la vie …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Sam 2 Aoû - 22:53

Peur ? Mais la peur est un sentiment humain, trop humain. Voilà pourquoi il faut annihiler cette émotion, comme il faut annihiler toute émotion humaine en soi, pour pouvoir avancer, détruire sur son passage tous ceux qui te gène, et restez en vie, malgré tout et au dépend des autres. Voilà à quoi ressemble la vie, voilà comment l'on devient fort, voilà comment on survie. Voilà comment Stonefolm vaincra Pallengad et comment j'aurais ma vengeance. Mais là n'est pas le sujet de notre discussion. Mes bras se défont et je te retourne vers moi, fléchis un peu les jambes pour que mon visage soit situé à l'exact niveau du tiens et te répond.

"Veux tu que je te protège Matsuri ? Veux tu que je t'apprennes. . . A ne plus avoir peur"

Ma main caressait ses longs cheveux et je lui adressais un sourire rassurant contrastant avec le vermeil de mon regard. Cette gamine me plaisait bien, elle semblait si pur que même moi je n'arrivais pas à l'atteindre. Mais non, j'y arriverai, j'arriverai à la faire me ressembler. Tu as de la chance jeune fille, je te fait le cadeau de ma vision du monde, ainsi peut être, aura tu une chance de survivre et de dominer dans cette vie cruelle.

"Tant que je suis à tes cotés, tu n'as pas à t'inquiéter, l'homme ou la créature qui m'inquiètera n'est pas de ce monde."

Lui dis je, en vérité je n'en savais rien, et j'espérais qu'il en était car me battre a arme égales m'avait toujours fait me sentir en vie, mais là encore je m'égare. Ma main glissa sur sa joue, j'avais une idée en tête, une idée qui en surprendrait plus d'un, mais ce n'était pas encore le moment.


"Dis moi Matsuri, c'est moi qui te fait peur ?"

Demandais je enfin sans quitter mon sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Dim 3 Aoû - 0:03

Lui apprendre à ne plus avoir peur ? A moins de trouver une solution miracle il risque d’avoir du mal, peu être aime t’il se lancer dans des missions impossibles, car enlever cette sensation constante de crainte, une émotion qui le fruit du fait qu’on l’a toujours sur protéger, elle n’a pas eut le loisir de voir le monde comme tout le monde, un peu comme enfermer isoler, un joyau qu’on à voulu garder pour soie, un sentiment égoïste … Doucement elle redressa son regard vers lui, des yeux encore bien brillant mais les larmes s’étaient arrêtées de couler depuis un court instant, plongeant ses yeux verts dans ses yeux qui dégageait une grande assurance.

« Le roi me protège, il nous protège tous… M’apprendre à ne plus avoir peur c’est impossible … Je craint tout, un simple lapin qui sortira trop brusquement d’un buisson et je métrerais à hurler d’effroi …»

Le roi la protège, mais le roi protège tout c’est sujet, elle elle voyait ça sous un autre angle, son père l’avait confié à lui donc elle le voyait un peu comme un père de substitution, mais voilà cet homme si froid et mesquin ne voit pas les choses de la même façon, mais une fois de plus elle ne s’en rendait pas compte, un jour ou l’autre si personne ne prend soin d’elle, il lui arrivera un réel malheur … Sur l’instant elle baissa son regard honteux, elle avait honte de ce défaut mais c’était sa nature, et elle n’avait jamais réussi à aller contre.
Le geste le plus rassurant au monde qu’il pouvait faire était de lui caresser les cheveux et c’est ce qu’il faisait, ça avait d’ailleurs un réel effet sur elle, ça la rendait intérieurement plus sereine, un sentiment de protection …

«De toi ? Il est vrai que avec toutes tes histoires ce n’est pas vraiment rassurant mais bon, au fond tu n’es pas méchant même si tu as tué cet écureuil ! »

Le cadavre était toujours sur elle, doucement elle se détacha de l’entrain rassurante de cet homme, posa dans la paume de sa main si douce le corps sans vie, avant de le laisser, voyager dans l’eau cristalline, comme elle l’avait fait avec la rose, lavant alors ses mains de toute traces rouges !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Dim 3 Aoû - 13:52

Le roi nous protège tous ? Me raconte pas de blague, le roi je le connais, il ne protège que ses intérêts, sa gloire et son pouvoir. Et il a raison, je ne suis pas mieux que lui, je serais même pire. Mais ma pauvre enfant, voilà un homme qui a compris comment vivre dans ce monde, il faut vivre au dépend des autres. Écraser tous ceux qui se mettent en travers de ta route. Qu'il soit un ami ou un ennemi, si il te gène, détruis le, simplement. Voilà comment l'on devient fort jeune fille. Alors tu ne pleures plus ? Tu dis avoir peur , Peur de tout, je t'apprendrai, tu n'aura plus peur, même si ça prend du temps, même si c'est dur, ça n'en sera que plus amusant. Tu deviendras ce que je veux que tu deviennes Matsuri. Tu seras ce que je déciderai, car je te possèderai. Voilà ce qu'il en était de mes désirs profonds, manipuler, contrôler, dominer les gens, voilà ce qui me plaisait, voilà ce que j'aimais dans la vie.

"Le roi est assis sur son trône, là ou il ne peut voir tous ses sujets. Le roi sait lui, comment l'on survit, il sait être impitoyable, comme tous ceux qui souhaitent vivre doivent l'être. Assis sur son trône, il ne peut protéger tout le monde, il n'est pas tout puissant. Moi je ne suis pas enchainé à ce trône, je peux te protéger, rester à tes cotés."
Lui répondis je avant d'enchaîner.

"Et la peur, ça se combat, on ne dis pas adieu à ses craintes comme ça, du jour au lendemain, mais ça s'apprend, et je te l'apprendrai."

Mais qu'est ce que ce geste, signe de faiblesse et de peur, signe de soumission, signe que je peux faire de toi ce que je veux ? Loin de m'attendrir, il m'énerve, mais je reste calme et te reprend simplement.

"Ne baisse pas la tête, ce sont les faibles et les soumis qui baissent la tête. Tu dois regarder tes vis-à-vis dans les yeux."

Pas rassurant ? En aurais je trop fait ? Non, je ne me remet pas en question, j'ai fait comme il le fallait, je souris en me redressant, regardant l'étendue d'eau ou tu laisse voguer cet écureuil.

"Il a de la chance, en guerre, tous n'ont pas le droit à ce genre de sépulture, non, on les jette dans des fosses, ou on les abandonnes à la terre. Même ce petit animal à le droit à plus d'honneur car il est tombé entre tes mains, alors tu vois à quel point les hommes sont cruels ? Aucun d'eux n'aurait fait ainsi, et ils ne le font pas non plus pour leur camarade."
Je la regardais en souriant.

"Je ne veux pas que tu aies peur de moi Matsuri, je ne te veux pas de mal."

Finis-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Dim 3 Aoû - 17:38

Oui mais papa avait dit que le roi veillerait sur moi … Le regard sur le sol elle l’écouta sagement, de toute façon la jeune femme n’était pas le genre d’enfant à se montrer mal polie, elle reçu une éducation remplit de tendresse et de protection certes mais tout resta dans un climat strict, très vite elle apprit à rester à sa place, à ne pas poser les mauvaises questions à dire oui même si elle voulait dire non, tout ça par intérêt pour par simple respect, devant son père, même face à des gens qu’elle n’aimait pas elle devait restait polie, et sourire. Doucement elle redressa son regard, fixant le vert intense de son regard dans celui du conseil, alors si elle restait avec lui, elle n’aurait jamais plus peur ? Un peu comme un héros qui la protégerait et voilà c’est repartie pour un tour … Ses yeux se remplirent d’admiration.

« Alors si je reste avec toi, je n’aurais plus jamais peur, tu seras un peu comme mon sauveur … ! »

Dit-elle avec enthousiasme, sur le moment c’est comme si toute la joie de vivre qui était en elle, fessait surface, ses yeux restèrent encore brillants suite aux nombreuses larmes qu’elle avait versé, mais un doux sourire se redessina sur le visage de la demoiselle.

« Mon père déteste quand je soutenais son regard, il me disait toujours qu’il ne fallait jamais fixer un homme dans les yeux … »

Tournant son regard alors vers le petit animal qui voguait sur l’eau, petit à petit il disparaissait, sous l’œil attentif des deux jeunes gens.

« C’est affreux, de toute façon la guerre c’est n’importe quoi, ça serre à rien de se taper dessus, de se tuer, même des gens qui sont sensés être du même royaume trouve le moyen de se battre ensemble ! »

Elle pensait surtout à Shiin et à son supérieur qu’elle avait vu entrain de se battre, même l’ange sombre en personne n’avait pas réussi à les séparer, les derniers mots de Kaito l’avait encore plus fait sourire, et dans élan de joie elle s’approcha de lui et lui fis un petit bisou sur la joue, comme une enfant qui voulait remercier quelqu’un sauf qu’elle n’est plus sensé être une enfant mais une femme, et elle lui glissa à l’oreille avant de se détacher de lui !

« Je sais … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Dim 3 Aoû - 18:27

Maintenant que je l'avais, je ne devais plus la perdre, tout en commençant l'apprentissage. Elle me faisait confiance, je ne devais pas trahir cette confiance si je voulais la posséder, si je voulais l'enchainer à moi et en faire exactement ce que bon me semblait. . . La séduction, quel art, de plus la jeune fille semblait attendre le prince charmant, c'était ce genre de jeune fille qui était en général le plus compliqué à séduire et à désillusionner. Car qui est capable d'imiter le prince charmant ? J'essayerai, j'étais maître dans l'art de ressembler à quelqu'un d'autre que moi même. Elle était tout de même mignonne, de toute évidence lorsqu'elle s'offrirait à moi je ne la repousserai pas, de plus les petites niaises étaient toujours très soumise pendant l'acte... Enfin bref, là n'était pas la question et ce n'était pas mon but premier.

"Ton sauveur ? Disons ton champion, c'est plus réaliste"
Je souriais, me souvenant des vieilles histoires de chevalier, ainsi que de tous ces soldats passionnés d'amour courtois qui se faisaient champion de nobles dames pour leur prendre leur cœur et qui se retrouvaient la tête tranchée pour une dame qui les aurais de toute manière rejetée. Je n'étais ni chevalier ni soldat, mon rang dans la noblesse était même plus élevé que le sien et pourtant je me faisais son champion, intérieurement je riais. Elle devait être naïve, je n'étais pas du genre à sacrifier ma vie pour une femme, mais si elle le croyait tant mieux, ça n'en serait que plus simple. Mais le but était de la défaire de sa naïveté, pas de l'y conforter.

"Pourquoi ? Tu veux que je te le dise ? Lorsqu'une femme regarde dans les yeux un homme de même rang ou de rang supérieur, il se sent insulté, car dans ce monde injuste, les femmes sont considérées comme inférieure. Mais ne te laisse pas influencer par ce genre de chose, tu es digne de soutenir le regard de n'importe qui, ne te laisse pas intimider et marcher sur les pieds. Je te l'ai dit, c'est comme ça qu'on perd la vie. Et puis. . ."


Je souris en posant un baiser sur son front.

"Tu as de si beaux yeux"
Oh, la guerre n'importe quoi ? Là enfin je suis d'accord avec toi . . . Quoi, Kaito le sadique est contre la guerre ? Oui et non. Il espère la paix, mais quelle paix, une paix ou pallengad sera écrasé et ou Stonefolm dominera tout Eldenia, pour arriver à ça, la guerre est nécessaire. Mais si elle me répugne c'est que la guerre a tué mes parents, mon esprit d'enfant, et à briser mon âme, non pas brisé, l'a obscurci, et aussi à cause des soldats. Comme je les hais, tous, je les hais, je voudrais les voir baigner dans le sang, si brutaux et sans cervelle, s'en était méprisable.

"Oui, c'est ça, l'idiotie et la cruauté humaine. Tu la vois toi aussi."
Hum, alors elle m'appréciait, oui je sentais que c'était presque gagné avec cette enfant, elle m'accordait même un petit bisou sur la joue, je souriais, pouvait elle savoir que ce sourire radieux était tellement faux ? Non, elle ne le pouvait pas, je la serrai contre moi en murmurant tendrement.

"Merci Matsuri, merci de ta confiance."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Lun 4 Aoû - 0:19

Il était si facile de la berner, on pouvait lui dire n’importe quoi elle ferait confiance au premier venue, même maintenant elle était encore totalement incapable de voir le male dans un être humain, et même le pire monstre de cette terre elle le qualifierait tout simplement de méchant rien de plus rien de moins, elle est incapable de voir le noir mais aussi Matsuri ne ferait pas de mal à une mouche, toujours douce et attentionné envers tout le monde qu’importe son rang, qu’importe qu’il soit homme ou femme, elle était la gentillesse née, mais face à cette homme, ne tombait-elle pas quelques part dans un piège ? La simple idée, que ses gestes ou même ses paroles soient un mensonge ne lui traversa même pas l’esprit, de plus ses yeux brillait presque d’admiration, il était si sur confiant, sur de lui, rien ne pouvait l’abattre oui un champion qui n’a pas peur de rien, un être qui ne s’avouera jamais vaincu !

« Oui mais sauveur c’est plus romantique, ça fait plus compte de fée c’est plus mignon quoi ! »

Une fleur dans un champ de bataille …
Mais savait-elle que cet homme n’avait rien de mignon, que cet être humain était capable d’un sadisme infinie, que s’il pouvait faire couler du sang il n’hésiterait pas une seule seconde, elle n’avait pas oublié qu’il avait tué un animal de la forêt mais elle ne réalisait pas trop que Kaito est était des pires hommes sur cette terre, un véritable diable qui ne craint pas de voir les autres souffrir, la fera t-il souffrir ? Et si jamais elle tombait naïve comme elle est dans ses bras, s’accrochant à lui alors que lui la délaisserait, mais l’amour c’est quoi ? Elle elle voulait le grand amour, mais elle ne savait pas quand il viendra et encore moins ce que c’était, était-elle au moins déjà tomber amoureuse ? Non

« T’es tu alors sentis insulté quand je t’ai regarder pour la première fois ?! »

Un doux rose venait de s’installer sur ses joues clairs, suite au baiser qu’il avait délicatement déposé sur son front, le regard sans fléchir, mais ses yeux exprimait plus de douceur et d’innocence qu’autre chose, laissant un brin de curiosité prendre le dessus sur l’instant !

« L’idiotie et la cruauté oui enfin c’est surtout les soldats quoi, ils pensent qu’a se taper de dessus et monté en grade et c’est vrai vicieux, ah plus jamais je retournerais dans leur quartier … »

Ah oui ce fameux jour où elle allée retrouver Shiin, elle s’en souvenait encore, tous ses regards poser sur elle, les clins d’oeils qui fusaient de partout, les discutions, tout porté sur elle comme s’il n’avait jamais vu de femme de leur vie, même qu’un avait voulu l’entraîné dans sa chambre, quel horreur.
Non elle ne savait pas que qu’il lui adressait un faux sourire, serait elle même capable de penser une tel chose bien sur que non, elle se blottit donc contre lui, sa respiration était sereine, elle se sentait simplement bien, en sécuriser, protéger, une sensation qu’elle adorait tout simplement, et comme unique réponse, elle lui adressa un sourire qui était plus que radieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Lun 4 Aoû - 11:42

Sauveur ? Plus mignon ? Romantique ? Décidément, elle lâchait pas l'affaire, mais dans quel monde vivait elle ? Je souris en passant ma main dans mes cheveux, avec un regard à la fois exaspéré et affectueux que je n'arborais jamais en temps normal, pas du tout mon style. Mais pour berner une jeune femme ? Pourquoi pas. Et je laissais échapper un léger rire avant de la reprendre.

"C'est vrai, c'est mignon, mais crois tu qu'on vit dans un conte de fées ? J'en ai pas l'impression personnellement."

Pour moi, cela faisait depuis l'âge de douze ans que j'avais arrêté de croire aux comptes de fées, c'était tôt pour un enfant noble, lesquels étaient confortés dans leur naïveté jusqu'à l'âge ou ils pouvaient combattre ou se marier. Non moi, l'arrêt avait été brusque, bien trop violent pour ma pauvre âme toute blanche qui avait été éclaboussé de sang ce jour là. Lorsque j'avais vu l'épée s'enfoncer dans le corps de mon père, lorsque j'avais vu la tête sanglante de ma mère, rouler à mon coté. Ça avait été une vision terrible, qui brisa mon innocence, et planta dans mon cœur meurtrit, les germes de la haine. Alors que mon esprit brisé me criait vengeance, j'avais vu mes jambes pour la première fois me désobéir, et courir. Je me souvenais, de la sensation atroce de ses jambes qui refusaient d'accepter mes ordres. J'avais voulu revenir, les tuer, les massacrer, arracher leur boyaux et me baigner dans leur sang, puis mourir à mon tour. Mais ce maudit corps en avait décidé autrement. Laissons ici la page souvenir, et revenons en à notre jeune damoiselle.

"Non, j'ai appris longtemps à n'accorder aucune fois à ces idioties et tout cela me passe un peu au dessus. Simplement la plupart des hommes sont des idiots."
Lui dis-je, cette fois-ci ce n'était pas un mensonge, j'étais bien au dessous de ces idioties de principe noble, je les appliquai à la cour, pour bien être vu, mais a part ça je me moquais bien de ce que les autres pensaient de moi et cela n'était du qu'à une chose, je ne pensais qu'à moi, tant que j'étais bien vu de moi même, tout se passait très bien, et moi même, j'avais une tolérance de moi très élevée. Elle rougissait ? Décidément, elle était bien facile à duper.

"C'est bien, au moins une chose que t'as comprise."


Lui répondis-je en souriant. Oui les soldats, des idiots qui ne pensaient qu'au sexe et au sang, ils étaient pitoyables et rien qu'à les voir je ne pouvais que me dire que seul la mort pourrait les libérer du poids de leur bêtise. Mais ça, ils le savaient bien puisque c'était ce qu'ils faisaient chaque jour, ils mourraient, ils fonçaient tête baissée dans un conflit dont ils ne savaient rien pour une haine dont ils avaient oublié la cause, et dans ces pathétiques conditions, se faisaient percé, et regardaient en mourant, leur adversaire qui se faisait à son tour percé, et ainsi de suite. Mais ce genre d'imbéciles étaient en fait bien utiles aux puissants et nous ne saurions nous en passer.

"Dis moi Matsuri ? Tu veux te promener? A force de rester sans bouger mes jambes se fossilisent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Mar 5 Aoû - 15:30

Roh mais c’est qu’il m’énerve à toujours briser mes rêves, cette fois-ci elle ne se contenta pas de juste grimacer, ou de prendre peur au fond d’elle, elle croisa ses bras, tête haute, vous savez comme quand une enfant se met à bouder parce qu’elle n’avait pas le droit de manger de désert et bien c’est cette attitude là que la jeune noble prit, lui tournant le dos à moitié, grinçant presque !

«Oui bon sa va hein … »

Elle ne l’avait pas vexer alors, tant mieux, elle s’en aurait voulu, Matsuri détestait faire naître des conflit, être la source de l’un d’eux, ou encore pire faire du tord ou du mal autour d’elle, même à un simple inconnue elle n’aimait vraiment pas cette sensation de culpabilité, d’avoir fait une erreur, depuis toujours elle devait être impeccable, elle se devait d’être bien par dessus, une perfection, oui elle devait être parfaite, la fille modèle et comme l’avait dit son paternel avant son départ, elle devait maintenant devenir l’épouse idéal, ah mes messieurs pourquoi voulez vous absolument que vos enfants soient mariés ? Elle n’arrivait pas à comprendre son paternel, bon elle ne voulait pas non plus le comprendre, mais fond d’elle elle rêvait déjà de cette longue robe blanche, d’être admiré par tout le monde, le jour où elle traversera l’église, avec ce beau bouquet en main, faire rêver des petites filles, comme elle, elle avait rêver, et doucement face à lui, lui prendre la main, avant d’écouter les mots du prêtres et surtout avant de dire l’impardonnable, l’irrémédiable, le fameux mot que certaine personne craigne parce qu’il on peut de l’engagement …

« Tant mieux si tu es comme ça alors, j’avais eu peur de t’avoir vexer ou causer tu tords … ! »

Lui n’avait pas peur de voir du sang, de plonger ses mains dans le cœur de ses adversaires pour les voir mourir dans d’atroces souffrances, elle, elle avait simplement peur de vexer son entourage, entre eux il y avait un largue fossé.
La jolie noble, ne préférait pas revenir sur son aventure chez les soldats…
Ses jambes se fossilisent ? Elle tourna alors son regard remplit de malice vers le conseiller.

« TU te fais vieux ou quoi ?! »

Ses yeux brillaient sous les rayons du grand astre lumineux, la malice qui l’envahissait, elle glissa sa main dans la sienne, et l’entraînait dans une petite course, histoire de se dégourdir les jambes. Une fois sur un petit sentier, au milieu d’un paysage sublime, féerique, elle s’arrêta reprenant le pas calmement, tournant son regard vers Kaito, et elle lui sourie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Mer 6 Aoû - 14:20

Ce visage, ce visage d’enfant qu’on engueule, qu’on réprimande, vexé dans son amour propre a cause d’une remarque ou d’un geste déplacé. Je me souvenais du tact infini dont il fallait user avec les enfants ? Avec elle aussi ? Je n’étais pas le roi du tact, mais soit, je savais les bases. Dans cet instant, je cru presque qu’elle allait m’attendrir, j’ai bien dit presque croire, ne vous y trompez pas. Mon cœur toujours restera noir et glacial. On m’a fait psychopathe, inutile de tenter de m’en défaire. Et ces mots « oui bon ça va hein ! » . Je riais, un rire des plus faux, mais si je pouvais encore m’améliorer au tact, j’étais habitué à l’imposture et au mensonge depuis bien longtemps. Il Etait impossible pour quelqu’un qui ne me connaissait pas parfaitement de se douter en cet instant, que mon rire n’était pas sincère.


« Et bien, ton champion, ton sauveur, c’est du pareil au m^me, alors donne moi le nom qui te plaira Mam’selle. »


Je souris en ébouriffant ses beaux cheveux blonds, elle semblait vraiment être un archétype, l’archétype de la jeune enfant niaise et naïve. Mais je ne pouvais la blâmer pour ça, moi aussi j’étais un archétype, l’archétype du dément sadique obsédé par la vengeance. Et quand je repensais à Kyoya,, lui aussi, nous étions comme les personnages d’une pièce. Tous destinés à représenter une partie des sentiments humains. Les personnages d’un grand drames sur lequel nous influions et dans lequel notre mort ne serait pas factice. C’était terrible, en tout cas pour n’importe quelle personne autre que moi ça devait être terrible, de savoir que lorsque nous disparaîtrions, le monde continuerait à tourner, le drame se poursuivrait, comme si de rien n’était, et son absence de présence le ferait sombrer dans le néant. . . Et même le vent chantant dans les branche, le bruit de la rivière en dessous de nous, était bien plus éternel que cette pauvre âme qui s’en allait. Il n’était rien. Moi non plus en effet je n’étais rien, mais la différence était que j’en avais confiance, et que je vivais parfaitement bien avec cette certitude. En vérité je n’avais rien à foutre de toute cette foutue philosophie, moi ce qui me plaisait c’était de pouvoir parvenir à mes petits but personnels dans ma si courte vie, d’atteindre mes objectifs, de posséder, de dominer et de me venger.


« Me vexer ? Non, disons que tout dépend de la situation, je sais être susceptible c’est vrai, mais pas forcément pour les mêmes choses, et l’audace chez une femme, je ne la considère pas forcément comme une insulte tant qu’elle ne la conduit pas à des actes inconsidérés qui même chez un homme serait punissable. Au contraire, elle me plaît.»

En vérité si je n’étais pas susceptible, j’étais rancunier et par-dessus tout, j’étais mauvais perdant. Lorsque, à douze ans, j’avais pris la fuite, ma croissance avait été passablement perturbé dira-on. En certains points, mon enfance avait cessé, brusquement j’étais entré dans le monde des adultes. Mais comme dit, en certains points, en d’autres points je m’étais bloqué sur cet esprit enfantin, la rancune, cette façon de ne pas supporter la honte et l’humiliation, cette manière d’être mauvais perdant, j’étais devenu bien plus mature d’une certaine manière et était resté complètement immature d’une autre. Et cette contradiction alimentait ma démence. J’esquissais un léger rictus, vieux ?


« Je n’ai que 23 ans, je dois pas être beaucoup plus vieux que toi. Seulement un peu plus mature »

La taquinais-je en souriant. De toute évidence je ne m’attendais pas à ce genre d’enthousiasme débordant et fut surpris malgré l’analyse précise que j’avais pu faire de la personnalité et des réactions de la jeune fille, alors que ma main se retrouvait dans la sienne t qu’elle me tirait en avant. On ne mentait pas lorsqu’on parlait de la beauté de la petite citadelle, si je venais souvent ici pour méditer, je ne me laissais jamais de l’admirer ? Étrange pour l’homme que j’étais. Même les pies peuvent avoir le goût de la quiétude et du beau. Lorsqu’elle se retourna vers moi, après une dizaine de minutes de course a travers la féerie enchanteresse du lieu, le soleil brûlant avait atteint son zénith et la sueur collait mes vêtements.

« Personnellement je me baignerais bien, Qu’en penses tu ? »

Dis-je. Nous étions alors sur une petite plage de sable blanc entouré derrière par les grands rochers, et devant par l’eau. Je posais mon long manteau trois quart dans lequel j’étouffais sur le sol, me retrouvant dans une légère chemise blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Ven 8 Aoû - 14:57

Il avait quand même cinq ans de plus qu’elle, souriante dans sa course, elle adorait ça comme lancer un cheval au grand galop dans la plaine, une impression de vitesse, que plus rien ne peux nous stopper. Quand ses cheveux ne volaient au rythme de leur course, son regard se remplit à nouveau de malice,elle tourna ses yeux vers lui,avec son enthousiasme naturel !

« Oui bah tu as quand même cinq de plus que moi ! »

Il voulait alors se baigner, d’accord, du moins ça ne causait aucun problème à la jeune fille, toujours avec douceur, la paume douce de sa main quitta celle du conseiller, glissant ses mains dans son dos, bah oui elle n’allait quand même pas se baigner avec cette belle robe faite de soie et autre tissu que seul la noblesse peut se permettre de porter. Mais voilà, Matsuri avait beau se tortiller dans tous les sens impossible de décrocher toute seule la fermeture, pour dire vrai, il y avait toujours une servante qui lui dégrafer sa robe, et ça depuis toujours, elle s’approcha du jeune homme avec un regard qui déjà voulait dire qu’elle avait besoin de lui.

« Tu peux me dégrafer ma robe s’il te plait ? »

Certaine femme aurait demander la même chose à un homme, avec un sous entendu pervers mais venant de la jeune Aruka c’est totalement impossible, elle est beaucoup trop blanche pour ça, du moins pour le moment.
Le tissu se mit alors à glisser sur sa peau, dévoilant le corps de cette grande enfant, le corps d’une belle femme, la voilà alors en sous vêtement blanc et oui le blanc est la couleur parfaite pour n’importe qu’elle tenue, elle prit soin de montrer à monsieur que son dos, enfin ça c’est ce qu’elle s’imaginer, elle était un peu gênée par la situation c’était la première fois que ça lui arrivait, ses joues reprirent quelques couleurs rosées et doucement elle s’avança dans l’eau clair…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Ven 8 Aoû - 19:02

Cinq ans ? C'était quoi cinq ans dans une vie, moi même, j'avais sacrifié six ans de ma vie pour en arriver là ou j'étais à présent. Qu'est ce qu'on parle de temps et d'année quand tout passe si vite, quand tout peut s'écrouler d'un instant à l'autre, seulement parce qu'un noble psychopathe et sadique l'a décidé, et par noble psychopathe et sadique j'entends évidemment parler de moi même. J'avais passé douze ans de ma vie, à croire que mon existence, serait celle d'un noble rangé à la botte du roi. Tout avait bousculé en quelques instants, et de quelle manière ? Des gardes s'étaient "trompés". Dans cinq ans ma petite tu ne sera peut être plus là, et je ne garantie pas être en vie moi même dans cinq ans.

"C'est vrai, et cinq ans ce n'est rien tu sais. Tu sais la plupart des jeunes filles sont mariées à seize ans à des hommes qui dépasse souvent la trentaine, et je ne dis pas qu'ils soient forcément en dessous de la soixantaine. Tu sais dans ce monde la différence d'âge n'est pas grand chose, mais parents eux mêmes avait dix ans de différence."

Lui expliquais je pour ainsi lui faire comprendre a quel point sa remarque était superflue et dénuée de sens. Tout en déboutonnant ma légère chemise blanche, que je pliai et posais sur mon manteau, ainsi torse nu, découvrant un corps que beaucoup enviait et qui pourtant pouvait effrayer. De nombreuses cicatrices couvraient mon dos et une grand cicatrice donnait un aspect meurtri à mon torse tout en lui conférant un certain pouvoir d'attirance. Un long tatouage qui prenait la forme d'une ronce traversait mon corps ainsi, partant de la naissance de mes fesses, passant par ma taille, traversant mon torse en biais et se terminant sur mon omoplate droite en une rose noire. Bref, tout en faisant ça, je regardais la jeune fille qui essayait de défaire sa robe. Le regard qu'elle me lança, je compris tout de suite, et le moment qu'elle finisse sa requête, j'avais déjà dégrafé la robe.

"Voilà mademoiselle"

Dis je non sans frôler le dos de la jeune femme d'un geste tout à fait coupablement anodin. Ses dix huit ans lui conférait un corps agréablement fait que ne laissait pas forcément deviner son visage et son caractère d'enfant. Mais je ne laissais rien paraître de la sympathique surprise qui aurait pu faire réagir n'importe qui sauf quelqu'un d'aussi bien capable de déguiser ses émotions que moi. Elle en revanche, elle rougit et j'eus à nouveau un léger rictus avant de défaire mon pantalon, ainsi dans un caleçon bleu terne, je rentrais dans l'eau à mon tour.

"Hum, délicieuse, par un temps aussi chaud, c'est une merveille d'avoir la possibilité de se rafraichir ainsi."

M'exclamais je avec ravissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsuri Aruka



Féminin
Nombre de messages : 169
Age : 26
Pseudo : Mimipful
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
9/100  (9/100)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Sam 9 Aoû - 22:41

Il n’avait pas tord au fond, mais parler de mariage c’était un sujet un peu sensible, depuis deux ans son père voulait la marier, mais voilà, vu son héritage, une foule de personne aurait voulu l’épouser mais ce cher Duc ne voulait pas n’importe qui pour son enfant et voilà pourquoi elle n’avait toujours pas la bague au doigt. De plus mademoiselle est difficile mais ça son paternel s’en fichait complètement du moment qu’il aurait un successeur digne ça lui convenait, la famille Aruka était une famille de conquérant, ils sont parties de rien pour aujourd’hui mériter le titre de Prince ou même de Roi, une armée faite d’hommes sans peur, une grande flotte, c’était un des rares endroits qui autour de Stonefolm n’était pas vassal mais alliée.

« Oui et ben je m’en fiche, moi je ne suis pas marié et de toute façon je ne serais pas marié tant que mon père ne jugera pas mon fiancé digne de le succéder, vu l’héritage qu’il me laissera il lui faut un homme digne de commander … »

Elle en soupira presque, les idées de conquêtes, de guerre ça l’exaspérait, ses doigts fins se baladaient dans l’eau, petit à petit son corps se cachait sous les vague, sous la fraîcheur de l’eau elle frissonna, continuant son voyage, sans pour autant trop s’éloigner du jeune homme, on ne sait jamais, un monstre aquatique peut surgir n’importe quand !
Enfaîte sa prudence ne servit pas à grande chose, elle n’était même pas encore complètement dans l’eau qu’elle se mit à hurler, mais quand je dis hurler et c’est vous briser les tympans sans problème, et elle se mit à courir son regard terrifier, elle s’agrippa au conseiller, mais bien sur elle ne fit pas les choses à moitié. Elle enroula ses bras autour de son cou face à lui et ses jambes juste au dessus de son bassin, posant sa tête sur son épaule droite, une position qui laisserait croire à des pas mal de sous entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   Sam 9 Aoû - 23:10

Dans la voix de la petite, je sentais comme un mélange étrange, de fierté pour sa famille, et de rancœur, vis-à-vis de ce mariage sûrement. C’étais une enfant qui rêvait du prince charmant, son amant, son mari, elle ne voulait qu’une chose, le choisir elle même. Elle voulait que le Oui, quand elle le prononcerait, soit sincère et amoureux. C’était le rêve de toute jeune fille, jusqu’à treize ans environ. Après, elles s’adaptaient à cette dure époque, mais elle, elle non, elle, elle gardait cette âme d’enfant.


« Oui c’est normal, et c’est ce que veulent tous les pères nobles, seulement c’est rarement ce que désirent les jeunes filles. Mais notre époque est faite ainsi. »

Répondis je d’un ton calme en passant ma main dans mes cheveux mouillés. Regardant cette jeune femme. Elle était la riche héritière d’un clan important, les Aruka. Elle était une jeune fille belle, et gentille, pleine de vertu. En réalité elle était ce que chacun recherchait, et même son ignorance et sa naïveté en faisaient une femme parfaite pour tous ses hommes machos et dominateurs. Je n’étais pas Macho, mais il était vrai qu’avoir une femme comme celle-là serait une aubaine. Je refusais de mourir sans descendance, et ainsi mes enfants porteraient le titre de noblesse que j’obtiendrais… Cette idée était sûrement la plus sensé que j’ai eu depuis longtemps, et une idée sensée, de ma part, à part quand il s’agissait des conseils prodigués au roi, c’était quelque chose de rare. Mais je fus vite tiré de ces vagabondages d’esprit, alors que son corps se collait au mien, s’agrippait à mon cou, avec ses bras, à ma taille avec ses jambes. Position fort suggestive et pas moins agréable. Je murmurais à son oreille.

« Ce n’est qu’un poisson, il ne te fera pas de mal, il a plus peur de toi que tu as peur de lui et si tu l’approches, il fuira de lui-même. »

Mais je ne décollais pas mon corps du sien, et je passais mon bras derrière son dos.


« Voyons n’ai pas peur je suis là pour te protéger, quoi qu’il arrive. »


Lui murmurais je encore, ma main dans ses cheveux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mélancolie d'un esprit sanglant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélancolie d'un esprit sanglant
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai :: Royaume de Stonefolm :: Petite Citadelle-
Sauter vers: